Tout est simple

« Michel n’avait jamais eu vraiment de chance dans la vie. Ça avait démarré dès qu’il était né.

Sa mère gueulait toutes les ignobleries juronnières que son imagination féconde, stimulée par la saine douleur que Dieu dans son infinie sagesse avait conféré à l’instant de l’accouchement, lui dictait.

(…)

Michel sait maintenant qu’ils sont à côté de Verdun.

Malgré les morts, la boue jusque dans les gamelles, la pluie sans cesse, le froid, la mauvaise nourriture, tout va bien pour lui.

Il est avec son capitaine et à chaque sortie qu’il faut faire, il est devant, grenade offensive prête, baïonnette au fusil, et plus rien ne peut l’arrêter. Il hurle, le visage tendu vers l’ennemi, il tire, il éventre, il assomme et toujours, il avance. Personne n’ose ne pas le suivre, son capitaine à ses côtés, tout le monde y va, haletant, flairant la piste, pas de quartier, pas de prisonniers.

(…)

Michel s’admira une dernière fois devant le miroir de sa chambre. Il eut une pensée pour maman Germaine.

Ton Tiboui n’est pas devenu précisément un bourgeois, c’est vrai. Mais, nom de Dieu, je les fais sacrément danser, les salauds !, sourit-il intérieurement.

          Monsieur Michel ajusta son nœud papillon et puis descendit, lentement, le grand escalier. »

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer